Être aimé(e) ou être amour ?

De grands archétypes positifs nous accompagnent à nous différencier des mémoires d’une humanité blessée qui cherche, en nous, sa véritable humanité ou sa dimension spirituelle. Ils nous incitent à sortir des transferts et de leurs demandes de dépendance pour devenir amour.

Nous aimerions tous parler l’amour qui nous constitue. Mais, il y a l’inconscient, cet inachevé blessé qui se refuse encore à la relation. Et que l’âme, dans son insensée démarche d’amour, est venue rencontrer pour continuer l’accouchement spirituel personnel et collectif.

Il y a un invisible qui nous espère. Il y a un projet : la Présence en relation. Ici, dans l’incarnation.

Beaucoup nous a été octroyé.

Nous échangerons, pour chacun, sur le ressenti spirituel. S’agit-il de fusionner avec le monde ? De quêter le transfert bienveillant du divin par la méditation et/ou la prière ? D’envisager que le divin soit en nous, sans réserve, et non pas à l’extérieur ?

Nous nous essaierons à poser la parole de l’âme. Amour non altéré et non réactif qui cherche à devenir verbe durant notre vie. L’histoire et ses ombres ont parfois rendu réactif le Moi dont la réactivité peut prendre toute la place et bouder la sensibilité de l’âme.

L’âme, cette féminité non réactive en nous, qui attend que l’expérience délivre le masculin blessant et blessé de ses émotions inachevées.

Paris

1–3 octobre 2021

Horaires : début premier jour à 12h (déjeuner en amont). Fin le dernier jour à 14h. (hors repas)

Coût : 320 euros

Pour la réservation des arrhes de 100 euros est demandé

Télécharger le bulletin d'inscription